Maritza, la passion des plantes et des cosmétiques naturels

Posté le02/04/2020

Maritza Nicolaÿ, ingénieure chimiste de formation, est passionnée de plantes médicinales et de cosmétiques naturels. Au sein du laboratoire Herbiolys, elle gère l'administration des ventes et contribue au développement de la marque.

Herbiolys Laboratoire Maritza Nicolaÿ plantes médicinales herboristerie



Bonjour Maritza, est-ce que tu peux te présenter et nous raconter ton parcours en quelques mots ?


Bonjour ! J’ai 39 ans et je suis née à Poitiers.

J’ai grandi à la campagne entourée de bois. Dans mon enfance, je passais beaucoup de temps à jouer dehors, à faire du sport et j’accompagnais mon père le weekend sur des golfs. Mes passions étaient l’aventure, le voyage et la nature.

Mon esprit scientifique m’a emmené à étudier la chimie. Ainsi, après avoir obtenu mon diplôme d’ingénieure en chimie des médicaments (à la Faculté de Pharmacie de Châtenay-Malabry), j’ai suivi un Master en marketing des produits de santé, dans l’idée de travailler dans les produits de santé naturels.

En parallèle de ces cursus, j’ai découvert la cosmétique bio et comme une pelote de laine, je me suis intéressée à l’agriculture biologique, au développement durable, à l’herboristerie et au monde des plantes.

Mes expériences professionnelles ont été multiples. J’ai travaillé pendant 2 ans en stratégie marketing dans l’industrie pharmaceutique en France et à l’étranger. Puis, pendant 4 ans, j’ai assuré le développement de marques de cosmétique bio en Suisse. En parallèle, je me formais en aromathérapie et cosmétique naturelle.

Ensuite, j’ai décidé de m’installer à Bordeaux où j’ai ouvert un magasin de cosmétique bio. Après ces 3 années d’entreprenariat, j’ai occupé un poste de formatrice en aromathérapie auprès des pharmaciens.

Cherchant à être plus proche de la Terre, j’ai traversé la France d’ouest en est, et je suis partie travailler pour un producteur de plantes médicinales dans les Alpes-Maritimes : binage, cueillette, distillation, flaconnage... j’ai découvert avec plaisir le soleil du Sud de la France et la richesse de la région en plantes médicinales. Enfin, en 2019, j’ai démarré ma collaboration avec Herbiolys Laboratoire.

Je suis également étudiante en troisième année d’herboristerie à l’école lyonnaise de plantes médicinales.

 

Comment as-tu connu Herbiolys ?


Je connais les produits Herbiolys depuis quelques années ; François Petitet d’Herbéo (une herboristerie à Bordeaux) m’en avait parlé et une amie herboriste, Amanda Jullion, m’a reparlé de la qualité des produits et de l’environnement dans lequel ils étaient fabriqués : plantes récoltées en France en milieu sauvage et immédiatement mises en macération dans les bonbonnes sur le lieu de cueillette. J’apprécie la démarche respectueuse des cueilleurs.

 

Quelle est ta fonction au sein du laboratoire Herbiolys ?


Mon poste consiste à gérer les ventes. Je réceptionne et enregistre les commandes des particuliers et des revendeurs. Je les transmets à la préparatrice des commandes et je gère le suivi et les envois. Je m’assure que chaque commande soit expédiée au plus vite à son destinataire. Certains clients ont des traitements de phytothérapie, il est donc important d’assurer la livraison dans les meilleurs délais.

Je réponds aux appels téléphoniques : prise de commande, conseils en phytothérapie, gestion des livraisons.

J’assiste aussi Céline Bouyssonie, la responsable commerciale, dans le développement de la marque. Nous avons en projet de développer des formations web pour nos revendeurs en plus des formations que nous proposons en présentiel.

 

Est-ce que tu as été sensibilisée aux plantes médicinales dans ton enfance ?


Ma mère a toujours jardiné et mon grand père aussi. J’ai été sensibilisée sans le savoir à la permaculture ; un mot qu’on employait peu dans les années 80. C’était tout simplement du bon sens naturel.

C’est mon cursus scolaire qui m’a fait découvrir les plantes médicinales par ma formation en chimie des médicaments. On étudiait l’origine du médicament : la molécule active est extraite de la plante et isolée puis synthétisée. 75% des médicaments ont une origine végétale mais chaque principe actif du médicament est modifié chimiquement. Le principe actif n’est donc plus naturel !

Je me demandais pourquoi on voulait absolument isoler une molécule de la plante ! Alors que la plante médicinale est composée de multitudes de molécules actives qui s’associent, ce qu’on appelle le totum. C’est cette synergie de composés chimiques qui donne à la plante toutes ses propriétés et son équilibre.

 

Il semblerait que tu ais une passion pour la fabrication de cosmétiques maison, peux-tu nous en parler ?


En effet, depuis que j’ai découvert la cosmétique naturelle, je fabrique quasiment tous mes soins. Je cuisine dans ma salle de bain ! J’ai une formation en fabrication de cosmétiques naturels et d’aromathérapie. Je fabrique des crèmes visage, des baumes à lèvres et pour le corps, des gommages, des shampooings solides... et des savons saponifiés à froid. Je fabrique aussi mes macérats huileux de lavande, de millepertuis... que j’intègre dans mes formules cosmétiques.

Je donne des conseils à des amies et parfois je leur propose des petits ateliers.

 

Peux-tu nous parler d’une plante que tu affectionnes particulièrement ou que tu as plaisir à conseiller ?


Ce n’est pas facile car elles sont toutes belles. Le coquelicot, le romarin, le bleuet, l’alchémille des Alpes, le séquoia... J’affectionne beaucoup les plantes de notre terroir, celles qui nous entourent sous notre latitude.

Celle que je conseille beaucoup est le romarin ! On pourrait parler de lui pendant des heures.... Il pousse dans nos collines calcaires et dès le mois de février, il offre ces belles petites fleurs bleu pâle, mauves et dégage un arôme envoutant. Cette plante aux multiples bienfaits fortifie l’esprit, purifie l’organisme, protège notre foie et nos cellules du vieillissement...

 

Est-ce qu’il y a une question que les clients te posent fréquemment au sujet des plantes ?


Depuis que je travaille avec les plantes médicinales et la cosmétique naturelle, on me demande souvent s’il existe un produit (plante ou soin) qui fait maigrir.

Il n’y a pas de plantes qui font maigrir. Il s’agit d’adopter des règles hygiéno-diététiques de base que chacun a déjà lu ou entendu : varier son alimentation, manger plus de fruits et légumes, limiter le sucre et les viandes rouges, éviter le grignotage, privilégier les légumineuses aux féculents, boire 1L à 1,5L d’eau entre les repas, réduire sa consommation de plats industriels, faire du sport de façon douce et régulière, pratiquer le yoga ou la méditation (le stress active notre consommation de sucre rapide), dormir 8h (pour contrer un déficit en sommeil les personnes se tournent vers des aliments plus énergétiques), etc. La liste est longue mais ces règles aident à perdre du poids et à retrouver surtout un corps sain. Attention le but n’étant pas d’appliquer toutes ces règles d’un coup, il faut les adopter au fur-et-à-mesure. La première règle que je mettrai sur la liste est le sommeil, le reste suit naturellement.

Les plantes, elles, vont aider à éliminer les toxines accumulées. Je pense bien-sûr au romarin ; il y a aussi le pissenlit, l’ortie...

 

Y a-t-il quelque chose que tu souhaiterais ajouter ?


Oui, j’aimerais rajouter qu’il est important de prendre soin de soi, de s’écouter, de ralentir.

Dans le contexte actuel de crise sanitaire et de confinement liés à la propagation du virus COVID-19, la période peut sembler compliquée et le futur incertain. Pourtant c’est peut-être l’occasion de se recentrer sur nos vies, de repenser la mondialisation, de revenir à l’essentiel et à la solidarité, de se reconnecter à la terre et à soi-même, de retrouver du sens et un rythme de vie aux dimensions humaines. Il faut en tirer des leçons d’espérance pour un nouveau monde qui vient, écologique, solidaire et non-violent.

Merci Maritza !

 

 

Produits associés

Ce bourgeon est connu pour être stimulant et protecteur du système hépatobiliaire, détoxifiant et antioxydant majeur. Il permet d’équilibrer le système nerveux.
16,02 €

En stock

Ce bourgeon est connu pour agir sur les effets du vieillissement, la fragilité osseuse, la libido, la baisse du tonus et les troubles de la prostate.
16,02 €

En stock

Laissez un commentaire
Laisser une réponse
Connectez-vous pour poster un commentaire.
Mon compte
La lettre Herbiolys
Le blog

Créez un compte gratuit pour utiliser les listes de souhaits.

Se connecter