Herbiolys | Le fraisier des bois, plantes médicinale des gourmets ! Phytothérapie

Le fraisier des bois… plante médicinale des gourmets !

Posté le25/05/2020

Fruit de saison s’il en est, le délicat goût sucré et la chair juteuse de la fraise des bois font chaque été le bonheur des plus fins gourmets… Mais saviez-vous que le fraisier des bois est également une plante médicinale utilisée depuis des siècles pour ses nombreuses vertus ?

 

Herbiolys Laboratoire fraisier des bois phytothérapie

 

Nom latin : Fragaria vesca

Nom commun : Fraisier sauvage, fraisier des bois, capedon ou caperon

Famille : Rosacées

Partie utilisée chez Herbiolys : Feuille et fruit frais

Protocole de fabrication : Eau de source faiblement minéralisée, alcool de grain bio (sans gluten), feuille et fruit de Fraisier des bois frais bio. Mise en macération immédiate sur le lieu de cueillette, stockage en récipient en verre.

 

 

 

La fraise des bois, succulente sauvage

 

Discret, de petite taille, le fraisier des bois pourrait facilement passer inaperçu jusqu’à l’apparition de ses fameuses fraises ! On peut d’ailleurs le confondre aisément avec une autre Rosacée, la potentille faux fraisier, qui elle ne donne pas de fruits et lui ressemble beaucoup.

 

Cette plante pérenne se plaît particulièrement dans les sous bois, les forêts, les taillis et bosquets, les bords des chemins et des champs, tant qu’elle y trouve de l’ombre! Son court rhizome préfère les sols frais et riche en humus, à l’humidité constante.

 

Les feuilles du fraisier se déploient en trois folioles à la face inférieure duveteuse, soutenues par un long pétiole. Ses petites fleurs blanches à cinq pétales fleurissent de mai à juillet, avant de laisser place au fruit. Il faut d’ailleurs noter que la fraise est ce que l’on appelle un « faux-fruit » : ce sont en fait les petites graines jaunes à la surface de la fraise, les akènes, qui sont les véritables fruits du fraisier !

 

On comprend aisément cet abus de langage tant la fraise des bois est un véritable délice pour les papilles ! Peu calorique, elle est riche en vitamine C, en fer et en calcium. C’est de son parfum doux et si caractéristique que lui vient son nom latin, fragaria provenant certainement du mot fragare qui signifie « sentir, embaumer » et a donné en français le mot « fragrance »… Tout un programme !

 

 

 

Le fraisier des bois, de la Préhistoire à nos jours

 

Si nos ancêtres préhistoriques appréciaient déjà les fraises sauvages au Néolithique, c’est dans l’Antiquité que nous en trouvons avec plus de précisions les premières traces. Pline l’ancien, puis Ovide et Virgile l’évoquent dans plusieurs de leurs écrits mais les vertus médicinales du fraisier semblent alors inconnues.

 

C’est au Moyen Âge que le fraisier des bois est cultivé pour la première fois dans les jardins et les potagers. Le roi Charles V en fait planter plus d’un millier de pieds dans les parterres du Louvre, à titre ornemental. Puis c’est sous le règne de Louis XIV, qui raffolait des fraises dit-on, que son jardinier Jean-Baptiste de la Quintinie décide d’en planter dans les jardins du célèbre château de Versailles.

 

Les fraisiers des bois étaient alors multipliés simplement en repiquant le stolon de chaque plante, sorte de tige rampante sans feuilles ayant la capacité de s’enraciner pour former naturellement un nouveau pied. Les Anglais, qui étaient eux aussi friands de fraises, améliorèrent la technique en prenant soin de pailler les pieds de fraisier pour les protéger et améliorer leur rendement, ce qui lui donna son nom anglais strawberry : « baie de paille ».

 

 

 

La phytothérapie de fraisier des bois, remède diurétique et astringent

 

Le fraisier des bois est utilisé depuis longtemps en tant que remède naturel : ses feuilles bien sûr, mais également ses racines et ses fraises ont de nombreuses vertus. Le médecin et botaniste italien Matthiole en parlait en ces termes au XVIème siècle : « les feuilles et les racines font uriner et servent grandement à la rate ; la décoction de la racine, prise en breuvage, sert aux inflammations du foie et nettoie reins et vessie ; le jus de fraises guérit les tâches du visage. »

 

Les feuilles de fraisier sauvage et ses racines sont riches en tanins, ce qui leur donne une action astringente utile en cas de troubles gastro-intestinaux, de diarrhées ou de gastro-entérite. Elles étaient d’ailleurs utilisées à l’époque en décoction pour lutter contre la dysenterie. Son action sera alors complétée par la phytothérapie de Myrtillier (Vaccinium myrtillus).

 

A l’inverse, les akènes portés par les fraises jouent un rôle bénéfique en cas de constipation chronique car, non détruites par les sucs gastriques, elles provoquent mécaniquement la contraction des parois intestinales. Un remède utile et simple à mettre en œuvre, notamment pour les enfants !

 

Lire également : « Les 6 plantes indispensables pour les enfants »

 

Diurétiques, les feuilles et racines de fraisier des bois ont une action dépurative intéressante en cas de rétention d’eau, de cystite ou de calculs rénaux. Cette propriété du fraisier sauvage le rend également utile pour lutter contre les rhumatismes, crises de goutte et autres inflammations des articulations (arthrite). On pourra alors l’associer au bourgeon de Frêne (Fraxinus excelsior).

 

 

 

Le fraisier des bois aux multiples usages et propriétés

 

Les fraises et leur jus étaient autrefois employés en masque sur le visage, à même la peau, pour lutter contre les tâches de vieillesse et les rides mais aussi pour éclaircir le teint. Aujourd’hui on leur préférera sans nul doute le macérât huileux de Lys blanc, bien plus simple d’utilisation et qui a exactement les mêmes propriétés !

 

La tisane de feuilles de fraisier sauvage peut être utilisée en bain de bouche et gargarismes en cas d’aphtes, de gingivite, d’angine ou d’inflammation buccale. Elle améliorerait la production de bile et pourrait réguler l’activité du foie, ce qui en fait en excellent apéritif au sens premier du terme : « qui ouvre l’appétit », tout comme la phytothérapie de Gentiane (Gentiana lutea).

 

Lire aussi : « Les 4 plantes de la digestion »

 

L’infusion des jeunes feuilles de fraisier sauvage, une fois séchées, est également un excellent substitut au thé ! L’abbé Kneipp la conseillait particulièrement car, en plus de son goût délicat, elle est fortifiante et aide à revitaliser les personnes fatiguées ou souffrant d’anémie. On pourra la boire quotidiennement, à volonté, et l’associer au bourgeon de Cassis (Ribes nigrum) ou à l’extrait hydroalcoolique d’Ortie (Urtica dioica).

 

 

Peut provoquer une réaction allergique chez les personnes sensibles aux fraises.

Eviter en cas de prise concomitante de sulfate de fer.

 

 

Voir la phytothérapie de Fraisier des bois bio

 

 

 

Cet article n’est pas destiné à l’automédication : les conseils cités dans ce texte sont délivrés à titre informatif et ne remplacent en aucun cas un avis ou une prescription médicale. Ils ne sauraient se substituer aux diagnostics et ordonnances délivrés par les médecins qui sont les seuls habilités à délivrer des traitements médicaux thérapeutiques.

Produits associés
Laissez un commentaire
Laisser une réponse
Connectez-vous pour poster un commentaire.
Mon compte
La lettre Herbiolys
Le blog

Créez un compte gratuit pour utiliser les listes de souhaits.

Se connecter